Traquer les orages

Une expression que beaucoup de gens ne connaissent pas. Et pour beaucoup un storm chaser,  "chasseur d'orages" - ou traqueur d'orages - est une personne qui photographie les éclairs, mais ça ne se résume pas à ça !

Ma passion m'est venue tout petit, à 7 ans je commençais à rédiger des rapports météo et je réalisais des graphes de températures. Depuis quelques années, je préfère me limiter à l'observation des tempêtes et des orages, et Internet a tout changé !

 


La journée type du traqueur d'orages

Ce soir
Keraunos prévoit un risque d'orages important sur la région.

- Le matin, lever difficile après une soirée un peu trop arrosée, le traqueur d'orages titube.
Premier réflexe, il coupe le réveil et démarre son Androïd, voyons-voir si Keraunos a mis en ligne la carte de prévisions du jour... yes! Risque MONO et SUP 3/4 sur sa zone, il y a du rouge ! L'excitation monte un peu plus dans la tête du traqueur : la journée s'annonce électrique aussi bien dans le ciel que sur terre ... Cependant le traqueur est face à un choix. Il ne pourra pas traquer et être avec ses amis en même temps. Voir paragraphe ci-dessous.
- 8:10, il doit aller travailler, et oui on est en semaine... alors il s'organise. Le traqueur d'orages ouvre son sac à dos et y met son appareil photo et son camescope, sans oublier les trépieds indispensables. Bien sûr les batteries sont chargées à bloc, il faut toujours avoir un temps d'avance !
- 8:15, route jusqu'au travail ... en voiture. Et oui aujourd'hui est une journée spéciale, il ne prend pas le transport en commun, ni le vélo... le traqueur s'autorise un petit excès. Et il passe faire le plein car il est prévoyant.
- 8:30, arrivée au travail. La journée s'annonce longue !

Pourquoi longue ?? La journée de travail par temps orageux est délicate, le traqueur est irritable, il ne faut pas le ralentir. Tout élément qui contrarie le traqueur pendant son travail peut vite le faire sortir de ses gonds. C'est simple, le traqueur n'aime pas l'enfermement, c'est pour cela que toute fenêtre est la bienvenue. Tout élément l'empêchant de voir dehors sera détruit! A noter que les pauses café peuvent s'avérer plus longues que d'habitude par temps d'orage !

 

- 12:00, c'est l'heure de manger, mais le traqueur d'orages regarde le radar pluies afin de déterminer combien de temps "il reste". Il se trouve que les hostilités n'ont pas encore commencé, les pluies sont à une demi-carte de sa zone alors il est soulagé ! Dehors il fait lourd mais le ciel reste voilé, le traqueur peut aller manger.
- 13:00, le traqueur a mangé et se connecte à nouveau. La situation a changé! Ca bourgeonne tout autour de lui, et là je peux vous dire que le traqueur est entre dépression et excitation. Dépression parce que sa journée se termine à 17:30 et qu'il déteste l'enfermement, l'idée de rater l'orage du siècle le rend nerveux; mais excitation parce que l'orage pourrait bien frapper sur sa zone. Il vérifie qu'il n'a pas laissé son sac à dos dans la voiture, et regarde par la fenêtre.
- 16:00, la journée n'en finit pas! Dehors le ciel se charge, un front orageux semble se dessiner tout doucement à l'Ouest, ciel voilé, vent zéro, mais heureusement pour l'instant il n'y a pas de manifestation orageuse dans les parages. Le traqueur est rassuré. Ceci étant dit il sent bien qu'il ne reste plus beaucoup de temps et il est de plus en plus anxieux.
- 17:00, le ciel est sombre à l'Ouest, un orage approche. Le tonnerre se fait entendre et notre traqueur se prépare déjà à sortir.
- 17:30, délivrance! Le traqueur court à sa voiture sans dire au revoir à ses collègues. Il démarre et disparaît.

Une fois sur la route, le traqueur est dans son élément, entre excitation méfiance et minutie, il a posé le camescope sur son tableau de bord, trépied déplié. Il est prêt à dégainer au moindre mouvement dans le ciel. La traque a commencé.

Il s'arrête au bord d'une route pour checker l'avancée d'un orage qu'il a préalablement ciblé. La cible est d'ailleurs vérouillée. Pour le reste, chaque traqueur a ses habitudes et ses principes.

Pour ma part

Pour ma part, une traque est une bonne traque si j'ai pu approcher une cellule à moins de 5 km (à vol d'oiseau). Toute cellule plus éloignée (à moins d'être photogénique) sera ignorée ! Une règle d'or est de ne pas se laisser distraire par une cellule plus loin même si cette cellule est 4 fois plus imposante sur l'image radar. Ne jamais faire l'erreur de penser que l'herbe est toujours plus verte ailleurs. Pour les orages l'expérience et la connaissance font tout. Mon objectif est de faire de la photo et de la vidéo de phénomènes violents ou rares: tornades bien sûr, mais aussi vortex, fronts de rafales, arcus, tours CB, ou rideaux de précipitations et grêle, moins souvent la foudre. Je préfère traquer les orages de jour lorsque le ciel est bien visible.

Une fois sur la route, il faut faire attention à sa conduite, car dans l'excitation et à l'approche d'une orage les comportements des gens sont souvent imprévisibles. Il est courant de croiser un passant qui sprint sur la route pour éviter la douche, ou un enfant qui traverse sans regarder par exemple (de même pour les animaux). Pour le conducteur la vigilance est primordiale, car si la caméra est en place et bien fixée le conducteur peut se concentrer sur sa route. Dans certains moments il est préférable d'être deux dans la voiture.

 

Traquer les orages ou rester avec les amis ?

Lorsqu'un orage imprévu frappe aux portes de la ville, le traqueur peut être surpris. Il se peut qu'il aie prévu de sortir avec ses amis.
Le choix entre traque et amis est souvent difficile, encore plus pendant les années de calme sur le plan orageux. Lorsque la question se pose, le traqueur hésite longuement.  Il va peut-être se manifester au dernier moment pour annuler une soirée, ou au contraire peut se retrouver seul et bredouille s'il a annulé trop tôt, et il va regretter. Un traqueur d'orages par définition est quelqu'un qui est sur le qui-vive afin de ne pas laisser échapper sa proie. Il peut disparaître à tout moment !


Danger ?

Pour beaucoup de gens traquer les orages c'est aussi se mettre en danger en risquant le foudroiement. Cela est vrai quand on pratique la photographie de foudre mais il existe quelques règles à respecter. La principale étant de songer à s'abriter dans sa voiture dès que cela est possible, vitres fermées. Les autres risques existent: chutes d'arbres, grêle, accidents de la route, ... chaque traqueur d'orages vit avec et a fait un choix, la chance et l'audace font le reste.



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement